• Alice, Emma Becker

     

    Alice, Emma Becker


    Lorsque j'ai découvert le résumé, je me suis dit que cette histoire me plairait, que ce serait surement une sorte de leçon de vie donnée par une jeune fille qui a vécu des moments difficiles. Mais je me suis trompée.
     
    Alice, 21 ans, doit faire face au divorce de ses parents et prendre en charge ses deux petites  sœurs. Désormais seule avec ses sœurs, Alice se montre forte et reste droite malgré tout. Puis elle rencontre Emmanuel, un homme de 20 ans plus vieux qu'elle, avec qui elle construira une relation amoureuse et de plaisir charnel.
     
    Le début du roman était plutôt appréciable même si le manque d'action fait qu'on s'ennuie rapidement. On retrouve plutôt des passages intéressants qui font réfléchir sur la vie actuelle, de jolies phrases plutôt philosophiques qu'on note dans un coin pour ne pas les oublier.
    Mais après une petite centaine de pages, le ton change et laisse place à la vulgarité et scènes de sexe à répétition qui n'ont aucun intérêt.
     
    L'écriture de l'auteur est parfois très jolie et poignante avec ses petites phrases qui attirent l'attention. Mais j 'ai trouvé cette écriture un peu brouillonne puisque l'instant d'après on se retrouve avec des phrases incohérentes qu'il faut relire plusieurs fois avant d'en comprendre à peu près le sens.
     
    Quant aux personnages, je n'ai pas su m'y attacher, je suis totalement restée en retrait. Alice est capricieuse et très agaçante, on ne comprend pas cette relation qu'elle entretient avec Emmanuel qui est si cru et parfois violent. Ce sont deux personnages qui entretiennent une relation qui les détruit plus qu'elle ne les aide à évoluer ou s'épanouir. Ils sont donc trop compliqués à comprendre, trop durs l'un envers l'autre mais aussi très dur envers eux-mêmes. Alice a parfois des réactions ou des pensées invraisemblables et révoltantes.
     
    Pourtant, on remarque une évolution des personnages entre le début et la fin. Une évolution pas forcément positive mais qui est bien menée par l'auteur.
     
    Pour conclure, c'est un roman plutôt plat car il n'y a pas d'action. C'est une lecture plutôt philosophique qui pose de nombreuses questions sur l'amour en général et les relations entre hommes et femmes. Mais je suis totalement passée à côté de cette lecture et ce fut pour moi une déception.
     
    Je remercie chaleureusement les Éditions Denoël pour leur confiance et l'envoi de ce roman.

    11 commentaires
  • La fin du monde a du retard, J.M. Erre

    La fin du monde a du retard, J.M. Erre

     

    En commençant ce livre, les quelques premières phrases m'ont paru totalement lointaines, je ne comprenais pas trop de quoi il retournait, cela me semblait tout à fait déjanté, puis au fur et à mesure l'histoire se forme et se laisse apprécier.
     
    Julius est interné dans la clinique psychiatrique Saint Charles pour amnésie importante. Il est plutôt déjanté et est fasciné par la théorie du complot à tel point qu'il écrit sur son blog tous les complots qu'il pense reconnaître. Ici, il est persuadé du complet du « Codex Tirésias » et que celui-ci gouverne le monde. Il décide alors de s'échapper de l'hôpital pour déjouer ce complot. Il ne sera pas seul car il est tombé amoureux de sa voisine de chambre Alice, elle aussi amnésique. Alice a subit un grave traumatisme. Elle est la seule survivante de son mariage durant lequel elle est présumée coupable de 262 meurtres.
     
    Ensemble ils vont alors s'engager dans une enquête contre le complot de Tirésias avec l'aide de policiers et autres personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Entre autre on suivra les différents qui opposent le brigadier Gaboriau quasiment à la retraite et sa jeune recrue Matozzi à l'humour cinglant qui agace au plus haut point le vieil homme plutôt grincheux.
     
    En tant que lecteurs on aura également tous remarqué l'apparition de personnages un peu « suspects » tels que Ours le meilleur ami virtuel de Julius, le geek par excellence qui ne quitte pas son ordinateur, ou encore d'un oiseau borgne et unijambiste...
     
    J'ai trouvé l'écriture de l'auteur parfois vive, et à quelques moments très lentes. Les descriptions ou les passages expliqués n'étant pas très intéressants ou n'apportant rien à l'histoire ralentissent le rythme et font que parfois on s'ennuie légèrement.
     
    Malgré tout, l'écriture de l'auteur est riche en vocabulaire, en tournures de phrases, mais ce qui m'a le plus intéressé ce sont les nombreuses références qu'on déniche tout au long du roman sur l'histoire, la mythologie, le cinéma, mais également les détournements d'œuvres que l'on connaît tous très bien comme le Da Vinci Code, La Fontaine, l'histoire d'Ulysse, ce roman est truffé de ces nombreuses références qui m'ont fait apprécié ce roman et qui nous emmènent de romans en romans.
     
    On s'attache d'emblée à tous les personnages, le jeu entre les policiers est très drôle, quant aux personnages principaux ils se complètent à merveille. Julius est le personnage le plus déjanté de l'histoire, il est parfois à côté de la plaque tandis qu'Alice est toujours terre-à-terre et présente pour lui remettre les idées en places.
     
    Sur fond d'enquête policière, ce roman humoristique complètement abracadabrant saura séduire plus d'un lecteur, l'auteur a une plume entrainante on se laisse prendre au jeu très facilement sans plus savoir décrocher, et le final est juste bluffant.
     
    Je remercie vivement le Forum Mort Sure ainsi que les Éditions Pocket pour cette agréable découverte !
     

     


    9 commentaires
  • La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

     

    La bibliothèque des coeurs cabossés, Katarina Bivald

     
    Je souhaite remercier de tout cœur les Éditions Denoël pour cette superbe découverte ! Écrire mon avis n'a pas été facile car il y a énormément de choses à dire. Tout d'abord il faut noter la couverture du roman et son titre tout mignon, c'est un ouvrage qui attire l'œil et qui vous prend directement au cœur.
     
    Sara est une jeune femme qui part passer quelques jours chez une amie de longue date, Amy, avec qui elle discutait par lettre. Malheureusement, en arrivant sur place, Sara apprend qu'Amy, qui avait 65 ans, est décédée il y a quelques jours. Sara va alors devoir se débrouiller seule dans un petit village Américain qu'elle ne connaît pas, et elle va y rencontrer de nombreuses personnes que connaissait Amy.
     
    Chaque personne qui apparaît dans l'histoire apporte un petit plus, chacun à des choses à raconter sur Amy et aide de son mieux Sara qui souhaite fonder une librairie avec les livres qu'Amy affectionnait particulièrement.
    Malheureusement on ne connaîtra jamais Amy concrètement, on aura par ci par là quelques lettres qu'elle écrivait à Sara et surtout ce que disent les gens sur elle.
     
    A contrario, on en apprend de plus en plus sur Sara au fur et à mesure du roman, c'est une jeune femme pleine de ressources, qui adore lire par-dessus tout elle est donc super cultivée, mais elle est aussi super attachante. On aurait presque envie d'être un des villageois et de l'aider à ouvrir sa librairie.
    La plume de l'auteur est délicate et agréable, c'est un énorme pavé qui se lit sans problème tellement l'histoire est prenante et touchante.
     
    Je peux vous assurer que la réputation de ce livre est méritée, c'est un livre doudou, porte-bonheur, tout ce que vous voulez. Il nous fait aussi bien voyager que ressentir un tas d'émotions dans les diverses situations. Mais par-dessus tout c'est un livre que vous apprécierez d'autant plus en tant que véritable lecteur ou amateur de littérature en tout genre. Il regorge de références et on ne les connaît pas forcément toutes alors c'est toujours un plaisir d'en apprendre d'avantage.
     
    Je vous le conseille vivement, c'est vraiment un très bonne lecture, sincère et pleine d'humanité !

     


    18 commentaires
  • Au secours, j'ai 40 ans, depuis 4 ans, Gaëlle Ren Ard

    Au secours, j'ai 40 ans, depuis 4 ans, Gaëlle Renard

     
    Je souhaite remercier le Forum Livraddict ainsi que les Éditions Charleston. C'est le premier roman de cette maison d'édition que je découvre, mais également un premier roman de cette auteur que je ne connaissais pas du tout.
     
    Véronique est une femme de 40 ans, qui nous raconte les petits problèmes de sa vie de tous les jours à l'approche de la quarantaine, ce passage que tant de femme redoute. L'auteur aborde, à travers la vie de Véronique, de nombreux thèmes récurrents chez les femmes de 40 ans tels que les problèmes de rides ou cheveux blancs, les enfants et la vie de mariée, le sport à 40 ans ou encore le sexe, etc.
    Heureusement le quotidien de Véronique est très mouvementé, ce qui permet de ne pas s'ennuyer en lisant l'histoire de sa vie.
     
    Ce roman se présente comme une sorte de journal intime mélangé à une fiction chick-lit, on ressent du vécu dans les mots de l'auteur, et même si on a pas encore la quarantaine il est possible de s'identifier au personnage malgré tout.
     
    J'ai trouvé certains passages trop stéréotypés, mais au final c'est exactement comme cela qu'ils sont décrits également dans la vraie vie.
     
    L'auteur écrit de manière très spontanée, c'est un roman découpé en très courts chapitres, remplis de citations, ce qui rythme d'autant plus la lecture. C'est frais, c'est justement une bonne lecture pour ces beaux jours.
     
    En résumé, c'est un roman qui trouvera son public dans tous les âges car il est frais et léger, et il ravira d'autant plus les amateurs de Chick-lit.
     

     


    15 commentaires
  • Marina, Carlos Ruiz Zafon

    Marina, Carlos Ruiz Zafon


    Tout d'abord je remercie les Éditions POCKET JEUNESSE ainsi que le Forum Monde-imaginaire de m'avoir permis de découvrir ce livre lors d'un premier partenariat parmi eux.
    En commençant ce livre, c'est le prologue qui a réellement piqué ma curiosité. Le mystère commence dès le début, on est très vite plongé dans l'histoire d'Oscar mais au début on ne comprend pas ce qu'il se passe. Au fil de la lecture et des petits évènements qui viennent troubler le récit, on a envie d'en savoir à chaque pages d'avantage, alors on continue d'avancer.


    Je trouve que la couverture reflète bien l'atmosphère de l'histoire un peu spéciale dans laquelle sont emmenés Oscar et Marina, deux adolescents bravant tout les dangers pour découvrir le mystère qui plane autour d'eux. Ces personnages sont vraiment très attachant, on est enveloppé dans l'histoire dès qu'on commence à la lire, Carlos Ruiz Zafon a une écriture vraiment entrainante.

    On est pris dans l'écriture de Carlos Ruiz Zafon très facilement, son écriture est fluide, ses descriptions sont belles et on ressent très bien les sentiments qu'il souhaite exprimer dans son livre. De plus, l'atmosphère paraît lugubre, terne, presque morte car il décrit des " quartiers perdus " et des personnages blancs, presque transparent, au yeux noir ou gris qui semblent ressembler à des fantômes, ainsi qu'une maison qui semble inanimée ( ce qui explique la couverture ). C'est un livre mystérieux, qui je pense, rendra accroc n'importe quelle personne car pour ma part je n'ai pas su le lâcher ( 3 jours pour le lire en ne lisant que le soir ).

    Je suis vraiment très contente de cette lecture qui est désormais classée dans mes coups de cœur car cette histoire incroyable m'a tenue en haleine dès la première page et ce jusqu'à la toute dernière ligne, le tout dernier mot. Je tire mon chapeau à Carlos Ruiz Zafon pour ce magnifique livre et promet que ce ne sera pas le seul livre que je lirais de lui !

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique